Notre source de motivation principale est de vous faire découvrir des personnes dans divers domaines et avec le temps, on a pris goût à faire des interviews totalement freestyle. Partons alors ensemble à la découverte de Laazy, un jeune rappeur rémois !


On commence par la plus basique, surtout que l’on ne te connaît pas beaucoup : présente-toi !

Donc moi c’est Laazy, j’ai 21 ans et j’habite à Reims (environ à 45 min de Paris en TGV pour vous situer). Je suis actuellement étudiant en Économie et Gestion à la Fac et ça fait 4-5 ans que je rap. J’écris même des textes depuis mes 6 ans en racontant ma vie sur Word, du “Je m’appelle Aaron, j’ai 6 ans, j’ai tant de frère et sœur…”.

Par la suite j’ai pris goût à l’écriture de poèmes (j’en écris toujours d’ailleurs). Quand il y a eu l’époque de Rap Contenders je m’amusais à écrire des clash et un jour on en a fait dans la cour de mon collège, vers mes 13-14 ans et c’est la que j’ai vraiment commencé à gratter des sons mais que je gardais pour moi ou pour des potes. C’est quand je suis arrivé au lycée qu’on m’a chauffé de ouf pour faire des sons : je commençais à publier des morceaux enregistrés à l’arrache sur SoundCloud et 1 an plus tard j’ai release mon premier son “Magicien d’Oz”

Tu t’es lancé vraiment jeune ! C’est quoi principalement tes inspirations (artistes, courant, etc) ?

C’est vrai qu’avec du recul, j’ai démarré très tôt ! Ma musique est inspirée de ce que je vis et ce que je ressens principalement. Je me dévoile beaucoup car ce que je dis je l’ai pensé, vécu ou ressenti et à partir de ça je crée toute une atmosphère, un gros mood sonore ou j’essaye de plonger mes auditeurs dans ma tête.  Pour les artistes j’ai été marqué par la vague de 2011-2012 avec ASAP Rocky, Drake, Kendrick, Wiz et Mac Miller. Mais j’ai toujours été plus branché R&B que Rap, ce qui me plaisait le plus dans les musiques des artistes que j’ai cité ce sont leurs univers et le mood dans lequel ils plongent. Quand j’écoutais Rocky j’avais l’impression d’avoir pris du LSD genre.

J’ai aussi eu une période Common, je me butais vraiment à ses sons ! C’est mon plus grand frère qui m’a fait découvrir, on est 5 et c’est lui qui m’a vraiment matrixé avant tout les autres. En tout cas une bonne poignée d’artistes que j’ai découvert sur HotNewHipHop à l’ancienne. Et du coup j’ai toujours été habitué à écouter différents genres musicaux parce que ma sœur écoutait beaucoup de Rock, Métal, Grunge quand de l’autre côté mon frère (mon aîné direct) écoutait plus du rock alternatif et des groupes indé ou anciens. Et par le biais de mes parents la Rumba congolaise et Centrafricaine, le Jazz et la variété française. Donc avant même de faire de la musique je voguais entre différents genres.

Un sacré bagage musical ! Et du coup dans ta musique tu veux chercher un style particulier ou tu préfères voguer entre tous les styles avec lesquels tu as grandi ?

Quand je suis dans le processus d’un son, je vais écrire sur une prod et en fonction du mood de la prod, mon état d’esprit ou émotionnel et de ce que j’ai envie de raconter, je fais mon choix. J’en écoute plusieurs et je gratte sur celle(s) que je ressens le plus. Après comme je disais mon domaine de prédilection c’est les sons cloud, love, super vaporeux, j’aime bien cette sensation d’élévation quand j’écoute certains titres, donc c’est ce que je cherche principalement à apporter par ma musique.  J’ai vraiment parcouru différents genre musicaux ces dernières années : j’ai un son très club (Le Large) un autre complètement grunge (Broken Glass) et sur MADNESS les inspiration sont clairement métaleuses. Donc ouais je m’amuse, je surf sur une grosse wave !

Tu as l’air de beaucoup faire de freestyles de ce qu’on a pu voir/écouter c’est un exercice que tu semble plutôt apprécier !

Après pour ce qui est des freestyles c’est vrai que je suis grave friand de ça, avec Le Cercle (mon équipe) on se retrouvait souvent chez Willo et on freestylait l’aprem, FIFA tout ça. Mais ça c’est genre en backstage, j’ai pas pour habitude de drop des freestyle, j’en avait lâché un sur SoundCloud à l’ancienne (Hadès Freestyle) que j’ai fini par supprimer et puis le dernier en date c’est celui pour le concours de DJ Titai. Il m’a vraiment mis un petit coup de pied au cul en terme de visibilité et followers du coup c’est cool !

Si tu ne devais choisir que 3 sons, chers à ton cœur, tu nous dirais quoi ?

Je dirais “Regarde-moi“, “Sans Refrain” et “Baby” un titre qui figurera sur Summer Is Over mon prochain EP. C’est des titres super intimes, autant je me dévoile beaucoup dans mes sons parce que je parle de mes sentiments, mes émotions, mes histoires, autant ces 3 là sont vraiment une partie de moi et pour différentes raisons. “Regarde-moi” c’est un désir de reconnaissance par la fille que j’aimais à ce moment là et les gens qui me sont proches, “Sans Refrain” c’est une lettre d’adieu et Baby…vous découvrirez en temps voulu même s’il y a déjà un teaser dispo sur mon IG donc le mood est compréhensible.

Un feat de rêve ?

Après pour un feat de rêve c’est Trippie Redd à 300% et clairement si j’avais ses moyens je ferais des clips dans le même esprit que les siens. Il a un univers très “Trippie” pour le coup, qui me plait beaucoup et il est super versatile. Je m’identifie pas mal à lui donc un feat ça serait mortel. De là à ce que le rêve devienne réalité j’aurais encore progressé je pense.

Les gens à Reims ont l’air de pas mal turn up et pas mal d’event on l’air d’avoir lieu là bas de ce qu’on peut/a pu voir à travers ton compte ! Ça bouge beaucoup là bas ?

À vrai dire c’est depuis ces 2 dernières années que ça bouge le plus. Quand j’ai démarré c’était les grands qui faisaient du son et ils n’étaient pas liés du tout, il y avait beaucoup de rivalité entre les rappeurs. J’ai toujours soutenu les projets des pairs quitte à passer pour une plateforme de partage mais il me semblait important de valoriser autant que je le pouvais ce qu’il se passait dans la ville. En octobre 2017 avec l’aide de ma team on avait décidé de développer des soirées sous forme de concert avec des artistes qu’on connaissait. C’est de là que sont nées les soirées PLEINE LUNE. Depuis ce jour là ça n’a fait que progresser et je suis content de voir de plus en plus de monde venir et s’ambiancer. Ça nous a permis de faire plus de scène et de faire connaître aux rémois le vivier d’artistes présents ici.

Soirée PLEINE LUNE à Reims avec Lazy

Si on te demande ton élève préféré de Assassination Classroom, tu me réponds quoi ? Car on voit que tu aimes beaucoup Koro-sensei !

Ouais j’ai vraiment kiffé ce manga ! Il est très profond et ce qu’il leur enseigne c’est toute une philosophie de vie. Je pense aussi l’avoir regardé au bon moment de ma vie on peut dire. Alors je pourrais pas en choisir qu’un seul mais dirais Itona pour son côté sauvageon au début, Karma parce qu’il a un côté connard que je peux avoir aussi et Nagisa parce que c’est Nagisa wesh !

Et sinon c’est quoi la suite, la sortie de Summer Is Over on imagine, mais pour le reste ça donne quoi ?

“Summer Is Over” va être un projet de transition mais qui a son importance pour basculer sur la suite. Ce sera donc un EP et il sortira l’année prochaine comme j’ai pu dire dans ma story sur Instagram, mais j’ai pas précisé quand. Puis la sortie de mon 1er album “Dead Disco” que je prépare depuis des années maintenant !

Pour terminer on a une question toute bête mais… Pourquoi “Laazy”  t’es pas un flemmard quand même ?

J’ai choisi Laazy à cause d’une pub SFR. Il y avait un mec qui ridait sur un skate volant je crois et à la fin il y a une petite blonde qui lui dit “merci Lazyyy” et je sais pas pourquoi ça m’a marqué ! Puis vu que je suis un gros flemmard en vrai je me suis dis que ça collait bien, surtout avec ma direction artistique au début où je posais surtout sur des prods planantes, cloudy qui te posent en mode flemme.

On vous invite foooort à le suivre sur son Instagram, Twitter et check tous ses sons sur SoundCloud.


Notre interview est terminée alors n’hésite pas à nous suivre sur Facebook, Instagram ou Twitter pour être tenu au courant de nos prochains articles et interviews !